"L'amour que l'on porte à nos amis se trouve au-delà des mots " Paulo Coelho

Ode à l’été. ..Oui c’est le solstice d’été


Elisabeth-Fourcade061
.

Ode à l’été Pablo Neruda

Été, violon rouge,

nuage clair,

un vrombissement

de scie

ou de cigale

te précède,

le ciel

voûté,

lisse, brillant comme

un œil,

et sous son regard,

 été,

poisson du ciel

infini,

élytre mensonger,

paresseux

léthargie

petit ventre

d’abeille,

soleil endiablé,

soleil terrible et paternel,

suant

comme un bœuf au travail,

soleil sec

sur la tête

comme un inattendu

coup de gourdin

soleil de la soif

marchant

sur le sable,

été,

mer déserte,

le mineur

du soufre

se remplit

se remplit

de sueur jaune,

l’aviateur

parcourt

rayon par rayon

le soleil céleste,

sueur

noire

glisse

du front

aux yeux

dans la mine

de Lota,

le mineur

se frotte

le front

noir,

brûlent

les semailles,

crisse

le blé,

insectes

bleus

cherchent

ombre,

touchent

la fraîcheur,

submergent

la tête

dans un diamant.

Oh été

abondant,

charrette

de

pommes

mûres,

bouche

de fraise

dans la verdure, lèvres

de prune sauvage,

chemins

de légère poussière

sur la poussière,

midi,

tambour

de cuivre rouge,

et le soir

repose

le feu,

l’air

fait danser

le trèfle, entre

dans l’usine déserte

monte

une étoile

fraîche

dans le ciel

sombre,

crépite

sans brûler

la nuit

d’été.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s